anthropometries
shrouds anthropometries
cosmogonies
traces
fire paintings
fire paintings color
blue monochromes
monochromes
monogolds
monopinks
sponge reliefs
planetary reliefs
sponge sculptures
sculptures
drawings
yves peintures
the void
zones of immaterial…
dimanche
monotone symphony
actions
air architecture

anthropométries
anthropométries suaires
cosmogonies
empreintes
peintures feu
peintures feu couleur
monochromes bleus
monochromes
monogolds
monopinks
reliefs éponges
reliefs planétaires
sculptures éponges
sculptures
dessins
yves peintures
le vide
zones de sensibilité…
dimanche
symphonie monoton
actions
architecture de l'air


newsactualités

documentsdocuments

contact

Symphonie Monoton Silence (extrait). Enregistrement public, Chapelle Sainte Rita, 28 avril 1998. Direction Philippe Arrii Blachette.

« Pendant cette période de condensation, je crée vers 1947-1948 une symphonie « monoton » dont le thème est ce que je voulais que soit ma vie.

Cette symphonie d’une durée de quarante minutes (mais cela n’a pas d’importance, on va voir pourquoi) est constituée d’un seul et unique « son » continu, étiré, privé de son attaque et de sa fin, ce qui crée une sensation de vertige, d’aspiration de la sensibilité hors du temps. Cette symphonie n’existe donc pas tout en étant là, sortant de la phénoménologie du temps, parce qu’elle n’est jamais née ni morte, après existence, cependant, dans le monde de nos possibilités de perception conscientes : c’est du silence – présence audible. »

Yves Klein, Le dépassement de la problématique de l’art

 
« Mon ancienne symphonie monoton de 1949, qui fut interprétée, sous ma direction, par le petit orchestre classique pendant l’exécution du 9 mars 1960, était destinée à créer « le silence-après » : après que tout fut terminé, dans chacun de nous tous, présents à cette manifestation.

Le silence… C’est cela même ma symphonie, et non le son lui-même, d’avant-pendant l’exécution. C’est ce silence si merveilleux qui donne la « chance » et qui donne même parfois la possibilité d’être vraiment heureux, ne serait-ce qu’un seul instant, pendant un instant incommensurable en durée. »

Yves Klein, Le vrai devient réalité